Le jour où je me suis pris mon défaut en pleine gueule

Il est 18h lundi 10 août 2015. Après lui avoir adressé un mail de 50 lignes dans lequel je lui propose 25 potentielles problématiques pour ma thèse professionnelle, mon tuteur me répond : « Isis, tu devrais te poser la question de la raison pour laquelle tu n’arrives pas à trouver de problématique ». Ma réponse: je cherche trop à faire la thèse parfaite, et aucune problématique ne semble convenir assez. BIM!

Il est 11h30 mercredi 13 août 2015. Alors que je pose des questions toujours plus détaillées à mon manager pour déterminer le business model de notre boîte en création, il me répond: « Isis,c’est un MVP (Minimum Viable Product) que tu dois sortir en octobre, pas un produit parfait ». BIM!

Régulièrement, après avoir passé 2h30 à enregistrer 25 fois la même chanson (je fais des reprises sur Youtube), je finis par ne pas la poster car il y a toujours un détail qui empêche que la vidéo ne corresponde à l’idée que j’en avais (une parole oubliée, un effet de voix que j’ai oublié de faire, une mèche de cheveux mal arrangée…). Au final, alors que j’ai dû reprendre plus de 200 chansons dans ma vie, ma chaîne Youtube ne compte que 75 vidéos. BIM!

Voici trois exemples où le même défaut m’a bloquée dans l’action: la volonté de vouloir faire quelque chose de parfait dès le premier coup.

Aujourd’hui je pense à ce que je pourrais accomplir de plus si je ne me bloquais pas si vite dans ce que j’entreprends, et ça me met une belle claque…

D’autant que maintenant dans l’entrepreneuriat on prône pleins de choses liées au droit à l’erreur:

  • Lean startup: proposer une version bêta d’un produit et l’améliorer avec les retours clients. Suppose d’accepter de présenter un produit critiquable et vulnérable.
  • Failcon: conférences où les conférenciers racontent comment l’échec permet de ressortir grandi
  • J’ai entendu dire que Céline Lazhortes, fondatrice de Leetchi, considère que quelqu’un qui ne fait pas d’erreur est quelqu’un qui ne prend pas assez de risques (et elle veut des personnes qui prennent des risques m’a-t-on dit). En revanche, il ne faut pas faire deux fois la même erreur
  • A un niveau plus personnel, Brené Brown désigne même, dans une conférenceTED, la vulnérabilité comme un moyen d’être plus heureux. Un sentiment du quotidien qu’il vaut mieux embrasser que renier.

Et ainsi de suite…

J’ai donc l’impression qu’en acceptant de dévoiler à autrui une version (d’un produit, de soi) qui n’est pas parfaite, on a plus de chances de la faire s’améliorer, et plus vite.

Il me semble que pour des personnes qui, comme moi, cherchent à n’exposer que des oeuvres parfaites, les prochaines étapes du développement personnel sont les suivantes:

  • Garder en tête que rien n’est figé et qu’il reste toujours possible d’apporter des modifications
  • Parfait sur le papier est rarement parfait en réalité. Si l’objectif est d’avoir quelque chose de parfait dans la réalité (j’entends « parfait » comme « répondant aux critères que j’avais fixé »), alors au plus tôt l’oeuvre est confrontée à la réalité, au mieux elle pourra être améliorée.
  • Se mouiller plus souvent, se mettre dans des situations inconfortables pour apprendre à passer ce cap plus facilement les fois d’après

Avez-vous d’autres conseils pour améliorer la gestion de ce défaut?

Et comme il y a toujours du bon dans le mauvais, à mes yeux, ce « perfectionnisme » est également une qualité que j’embrasse car elle me permet d’être rigoureuse et pointilleuse dans ce que j’entreprends, d’avoir le sens du détail, et de ce fait de régulièrment fournir des rendus de qualité (dixit des personnes avec qui j’ai eu l’opportunité de travailler). Il s’agit donc de savoir arbitrer ce que l’on peut tirer de bon de ce trait de personnalité, et de  repérer quand on commence à rentrer de l’autre côté de la force 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :